> >Entretien> Recycler son bateau

Recycler son bateau

 

« La mer n’est pas une poubelle ». Nous avons tous entendu cette expression et pourtant, qui peut vraiment se définir comme un pratiquant de la mer modèle. Les propriétaires de bateaux, sous n’importe quelle forme (à voile ou à moteur) sont les premiers concernés. Il est beau mon bateau, c’est le plus beau des bateaux ! Soit, mais vient un jour ou il ne peut plus naviguer et là commence les problèmes. Que faire de son bateau ?

 

Aujourd’hui 750000 bateaux sont immatriculés et seulement 450000 sont utilisés alors que la vente de bateaux neufs est en forte augmentation. Les ports sont encombrés et il devient très difficile de trouver un anneau. De plus, l’écologie à une place de plus en plus importante dans notre société. Le plaisancier se veut responsable et concerné par l’environnement. Pourtant aucune règlementation n’est en vigueur. Chacun doit se débrouiller comme il peut pour trouver une solution. Sachant que la plupart des bateaux sont construits dans des matériaux composites (en polyester et fibre de verre), leur recyclage  est compliqué car ils ne se décomposent pas facilement. Alors certains coulent leur bateau tout en se donnant bonne conscience en se disant qu’il crée un abri à poisson, d’autres les abandonnent au fond d’une décharge, la plupart ne savent pas comment faire et les laisse au port en attendant de trouver une solution.

 

Il existe pourtant des alternatives, même si nous verrons qu’elles ne sont pas suffisantes. Contrairement aux idées reçues, les bateaux sont recyclables presque entièrement.

Le recyclage d’un bateau comporte plusieurs étapes :

Il faut tout d’abord remorqué le bateau jusqu’au centre de revalorisation. Cela équivaut à 30% du prix total du processus. Puis le centre retire le matériel et les équipements de navigation, effectue une dépollution (récupération des huile…) et enfin une déconstruction sélective des éléments en inox, bois, alu ou verre qui sont facilement recyclables. Avant dernière étape, la coque et le pont sont déchiquetés et broyés. Toutes ces étapes reviennent à 40% du recyclage total. Finalement les bateaux broyés sont soit revendu à des sites industriels ou des cimenteries demandeuses d’hydrocarbures pour y être brulés, soit enfouie en décharge spécialisé. Cette dernière représente 30% du prix. En moyenne, le recyclage d’un bateau coute donc 1200 euros à son propriétaire ou à la collectivité.

Plusieurs entreprises sont spécialisées dans la déconstruction des bateaux de plaisance hors d’usage. Citons par exemple l’APER (association pour la plaisance éco-responsable) ou la DDNR (Déconstructeur national de bateaux).

 

Des solutions existent pour globaliser la destruction et le recyclage des bateaux :

-        En collaboration avec les fabricants, une éco-participation pourrait être mise en place lors de l’achat d’un bateau afin de subventionner sa destruction future.

 

-        Une obligation pour le port de suivi des bateaux lors du remplacement de l’anneau.

 

-        Une prime à la casse instaurée par l’état qui s’inspirerait fortement du modèle automobile. Cela augmenterait la vente de bateaux neufs et renouvellerait la flotte actuelle.

 

 

-        Financer la recherche et le développement de nouvelles matières entièrement et facilement recyclables.

 

L’industrie du nautisme a donc pris du retard sur la déconstruction et le recyclage des bateaux en fin de vie. Mais il n’est pas trop tard pour réparer ses erreurs et avancer dans la bonne direction.