> >Sécurité> Les balises de détresse

Les balises de détresse

Bien choisir sa balise de détresse

LES BALISES DE DETRESSE

PARCE QUE CHAQUE SECONDE COMPTE

Les balises de détresse fonctionnent grâce à des satellites Corpas-Sarsat.

Le Programme Cospas-Sarsat fournit des alertes de détresse et des données de localisation précises afin que les autorités de recherche et sauvetage (SAR) puissent venir en aide aux personnes en détresse.

Ce temps de réaction a un impact direct sur la probabilité de survie d’une personne en situation de détresse en mer.

Les balises peuvent identifier un individu, un bateau, ou les deux.

 

L'essentiel :

Une balise est un émetteur, elle envoie après avoir été déclenchée, un signal d’identification du bateau ou de l’individu porteur de la balise, aux satellites récepteurs sur la fréquence 406 Mhz. Les satellites captent ces alertes et la position de la balise déclenchée sur tout le globe puis envoient un signal aux stations de secours, en France le service de recherche et de sauvetage SAR.

Les balises SARSAT envoient un signal de localisation du bateau en détresse d’une précision de 1 à 3 miles. Elles sont d’une autonomie allant de 24 à 48h. Les balises peuvent être équipées de GPS apportant une précision de quelques mètres. Elles peuvent être fixes EPIRB ou portables PLB.

 

La réglementation :

Une balise doit être enregistrée :

Pour être identifiable par les satellites et donc les secours, votre balise doit être enregistrée.

L’enregistrement des balises est une opération essentielle et indispensable pour une efficacité optimale de votre équipement. Il est par ailleurs obligatoire en France, sous peine de poursuites. Le numéro d’identification du navire appelé MMSI est délivré par l’Agence Nationale des Fréquences (ANF).

Le numéro d’identification personnel doit être effectué sur la base de données « registre 406 du CNES ». Site Internet : Pour enregistrer sa balise cliquer ici https://www.406registration.com/

Les balises codées au numéro MMSI du bateau (par l’ANF) sont appelées EPIRB (EmergencyPosition Radio Beacon).

 

En savoir plus

Une balise doit être facilement accessible :

Elle doit être placée à un endroit très accessible et connu de tous les passagers et doit être portée sur chaque individu lorsqu’il s’agit de balises individuelles. Toutes les balises fixes sont flottantes, dotées d’un flash lumineux et sont auto-déclenchées au contact de l’eau.

 

Les balises PLB :

Ne permettant pas le codage d’un numéro MMSI, leur utilisation nécessite la mise à jour régulière, avant chaque voyage, de la base de données du CNES qui assure l’alerte des secours. Cette mise à jour est à faire par l’utilisateur, via le site Internet du CNES.

 

Les balises EPIRB et GPIRB (avec GPS) existent sous deux formes :

- Les EPIRB/GPIRB de pont qui sont montées dans un container fixé sur le pont du bateau et munies d’un largueur hydrostatique permettent une éjection automatique de la balise dès que le container est immergé entre 1,5 m et 4 m de profondeur. La balise est activée automatiquement par le contact avec l’eau de mer.

- Les EPIRB/GPIRB de survie qui ne peuvent être déclenchées que manuellement.

 

Que se passe-t-il lorsque j'active ma balise ?

https://www.cospas-sarsat.org/fr/operations/concept-operationnel/que-se-passe-t-il-si-jactive-ma-balise

Comment fonctionne une balise de détresse pour bateau avec le système cospas sarsat

Entretien :

Remplacement de la batterie tous les 5 ans en moyenne.

Le plus Orangemarine

Si vous n’êtes pas propriétaire de votre bateau ou si vous changez d’embarcation régulièrement, optez plutôt pour une balise personnelle PLB identifiée à votre nom.

 

Télécharger le guide "les balises de detresse'