> Guides et conseils>Sécurité> Comment choisir son radeau de survie

Comment choisir son radeau de survie

Comment choisir son radeau de survie ?

 

LES RADEAUX DE SURVIE

IL NE S’AGIT PAS QUE DE SURVIVRE AU NAUFRAGE MAIS BIEN DE SURVIVRE À BORD DU RADEAU

comment choisir son radeau de survie pour bateau

Le radeau de survie ou le bib, est un engin collectif de sauvetage. Il doit être adapté à votre programme de navigation et au nombre de passagers maximum autorisé par votre catégorie de bateau.

L'ESSENTIEL

Dans une situation de détresse, lorsque le bateau risque de ne plus constituer un abri sûr, le radeau est jeté à l’eau tel quel et est relié au bateau par une longue amarre en sangle dépassant du conteneur (drisse ou bosse de percussion).

Une fois cette amarre entièrement sortie, le gonflement du radeau se fera automatiquement. Selon la situation, l’équipage y embarque ou s’y tient prêt.

Les radeaux peuvent être de 2 conceptions différentes : en sac ou en container.

- En sac ils auront l’avantage de pouvoir trouver leur place plus facilement sur de petites embarcations.

- En container ils seront plus résistants aux intempéries. Ne placez jamais votre radeau au fond du bateau mais plutôt sur le pont sur un support de radeau.

La sangle de déclenchement du radeau entraînera le gonflement automatique de la structure qui pourra être à fond simple ou double, gonflable ou rigide, isolant, en PVC etc…

La mise à l’eau d’un radeau est plus facile avec un container.


LA RÉGLEMENTATION :

Le matériel d’armement et de sécurité hauturier comprend un ou plusieurs radeaux pneumatiques de sauvetage adaptés au nombre de personnes à bord et à la navigation pratiquée.

À l’exception des navires propulsés exclusivement par l’énergie humaine, les navires des catégories de conception A et B, ainsi que les navires des catégories de conception C et D d’une longueur supérieure à 6 mètres, disposent d’un emplacement pour chaque radeau de sauvetage embarqué. La taille de l’emplacement est calculée en fonction de la capacité du ou des radeaux, et du nombre de personnes maximal admissible à bord. Chaque emplacement est facilement accessible, à tout moment, par simple manoeuvre manuelle.

Les navires bénéficiant de la reconnaissance d’insubmersibilité ne sont pas tenus d’embarquer le radeau ou l’annexe de sauvetage tant qu’ils naviguent dans les limites de la catégorie de navigation pour laquelle l’insubmersibilité a été reconnue.

Seuls peuvent être embarqués à bord des navires de plaisance les radeaux et annexes pneumatiques de sauvetage appartenant à l’une des catégories suivantes :

- conforme à la norme EN/ISO 9650 ;

- de la classe IV (annexes de sauvetage) ;

- de la classe II et de la classe V acquis avant le 1er janvier 2008.

En container la révision est annuelle et obligatoire passé le délai de 3 ans pour les particuliers. La révision est annuelle pour les professionnels ainsi que pour les particuliers naviguant en eaux tropicales. La durée de vie d’un radeau est de 15 ans (Les radeaux achetés avant le 1er janvier 2005 doivent être révisés tous les 3 ans jusqu’à leur 15ème année).

Le chef de bord à l’obligation légale de donner à l’embarquement des consignes précises pour la sauvegarde de la vie humaine en mer dont celles en cas d’évacuation d’épave.


En savoir plus

Les radeaux de type 1 sont conçus pour la navigation hauturière, donc adaptés aux risques encourus lors de longs voyages (vents forts, vagues hautes). Ils proposent deux niveaux d’armement qui diffèrent selon le temps estimé par le plaisancier pour recevoir les secours : inférieur ou supérieur à 24 heures. Pour celai ils seront armés de façons à attendre les secours plus de 24h00.

 

Les radeaux de type 2 sont adaptés à la navigation côtière, dans des conditions de mer modérées.

Ils sont conçus pour se gonfler correctement dans une température ambiante comprise entre 0° et 65°C. La norme ISO 9650 n’impose aucune limite entre la navigation côtière et hauturière (l’appréciation de cette limite est laissée au bon jugement du plaisancier). Si le bateau coule, l’amarre doit être sectionnée au plus vite pour éviter que le radeau soit entraîné par le fond. Si le bateau ne coule pas il est fortement recommandé de le laisser amarrer, le bateau non abandonné peut rester un abri.

Avant de percuter votre radeau de survie, vous aurez préparé un sac d’abandon avec de l’eau, une pharmacie, de la nourriture, des moyens de communicationset des repérages lumineux dont vous disposez, des moyens de pêche, etc… enfin avec tout ce qui est nécessaire à l’équipage en détresse.

LES RADEAUX DE SAUVETAGE ARIMAR :

- Caractéristiques de construction des radeaux ARIMAR :

  • Le radeau de survie est fabriqué de manière à pouvoir fonctionner aussi bien aux hautes qu’aux basses températures et pour assurer une bonne stabilité en mer.

  • Le radeau de survie est testé de façon telle que, lorsqu’il est lancé à la mer d’une hauteur importante, le radeau et son armement continuent de fonctionner de manière satisfaisante

  • Le radeau peut être redressé par une seule personne s’il est à l’envers dans l’eau ; les modalités à suivre pour effectuer cette manœuvre sont décrites plus tard.

  • Lorsqu’il flotte, le radeau de survie résiste à des sauts répétés de personnes.

  • La flottabilité du radeau est assurée par deux boudins superposés, munis chacun d’un clapet de gonflage anti retour.

    • Les compartiments sont conçus de telle façon que si un est endommagé ou ne se gonfle pas, les compartiments intacts soient capables de soutenir le nombre de personnes que le radeau est autorisé à recevoir, ces personnes étant assises en position normale.

    • Le gonflage du canot de survie s’active automatiquement en tirant sur la corde. Une fois le radeau gonflé, il garde sa forme lorsqu’il a son plein chargement en personnes et en armement.

    • Chaque compartiment est équipé de soupapes de sûreté permettant de maintenir stable la pression dans les compartiments. Le radeau de sauvetage est aussi muni de valves qui permettent de rétablir la pression des compartiments à l’aide d’un gonfleur.

    • Le canot de sauvetage est conçu de telle façon que, lorsqu’il a son plein chargement en personnes et en armement, il puisse être remorqué.

- Description du radeau ARIMAR :

  • Le fond du radeau de sauvetage est constitué d’un matériel étanche à l’eau et isolant contre le froid.

  • Le radeau de survie est muni d’une tente de couleur visible, destinée à protéger les occupants contre les intempéries, qui se met automatiquement en position lorsque le radeau est mis à l’eau et flotte. Le support de la tente reste gonflé même lorsqu’un boudin de flottabilité se dégonfle.

    • Chaque entrée doit être clairement indiquée et munie de dispositifs de fermeture qui puissent être ouverts facilement et rapidement à partir de l’intérieur ou de l’extérieur du radeau de survie. Les radeaux qui sont autorisés à recevoir plus de 8 personnes comportent 2 entrées diamétralement opposées qui peuvent être utilisées simultanément, sans pour autant compromettre la stabilité du radeau.

    • La tente du canot de survie doit à tout moment laisser passer suffisamment d’air pour les occupants, même si les entrées sont fermées. Elle comporte au moins un hublot d’observation et est munie d'un dispositif permettant de recueillir l’eau de pluie.

- Le système de gonflage :

  • Le mélange de gaz utilisé pour le gonflage doit être ininflammable et non toxique.

  • La quantité de gaz contenue dans la bouteille doit être suffisante pour gonfler les chambres de flottabilité.

  • La bouteille est munie d’une soupape de sûreté capable de résister à la pression de contrôle de la bouteille.

  • La valve est ouverte à l’aide d’une tête de déclenchement actionnée par une corde.

- Accès au radeau de survie :

Chaque accès du radeau de sauvetage est munis d’au moins :

  • Une rampe d’accès semi rigide capable de permettre aux personnes d’accéder au radeau depuis la mer. La rampe est réalisée de manière que le radeau ne se dégonfle pas si elle est endommagée.
  • Une échelle d’embarquement munie de dispositifs aidant les personnes à se hisser à l’intérieur du radeau de survie.

- Stabilité du radeau de sauvetage :

  • Le radeau est muni de poches à eaux fixées sur le fond pour permettre à l’air de s’échapper aisément de la partie inférieure du radeau.

  • Les poches à eau sont de couleur nettement visible.

- Équipements du radeau pour bateau :

  •         Lignes et cordages :

Elles résistent aux agents atmosphériques, sont imputrescibles et peuvent résister aux huiles et hydrocarbures. Tous sont attachés au radeau de manière que, s’ils se détachent accidentellement, le radeau ne sera pas endommagé.

  •         Ligne de déclenchement du radeau

La ligne permettant la percussion et la mise en œuvre du radeau résiste à la lumière dans la partie hors du contenant. Elle mesure au moins 9 mètres à partir de son point d’activation.

  •         Lignes d’attrape extérieures ou intérieures

Les lignes sont faciles à saisir et elles ne glissent pas des mains.

  •         Dispositif de redressement

Une corde spécifique est fixée dans la partie inférieure du radeau et il permet le redressement du radeau par une seule personne, s’il est à l’envers dans l’eau.

  •         L’ancre flottante

L’ancre flottante est arrimée au radeau de survie, attachée à une ligne mesurant de 30 mètres de longueur.

  •         L’anneau flottant

L’anneau flottant est placé dans le radeau de sauvetage à proximité d’un accès.

L’anneau est attaché à une ligne flottante d’au moins 30 mètres, dont l’autre extrémité est reliée au radeau. La ligne est rangée de façon à empêcher de se retourner et à permettre de lancer l’anneau flottant le plus loin possible.

  •         Couteau de sûreté

Le couteau de sureté est placé à côté de la jonction de la ligne de lancement du radeau et il est attaché à travers une ligne d’une longueur suffisante pour couper le cordage.

  •         Bandes rétro-réfléchissantes

Les bandes rétro réfléchissantes se trouvent sur la tente et sur le fond.

        Armement d’urgence

Tout l’armement du radeau, à l’exception des pagaies, doit être placé dans un sac étanche arrimé à l’intérieur du radeau de sauvetage.

Ce sac est flottant et facilement ouvrable par un naufragé. La liste de l’armement est placée à l’intérieur du sac.


- Contenant du radeau de survie :

Le radeau et son armement sont emballés dans une enveloppe rigide (container) ou sac :

  •      - Capable de résister aux intempéries;
  •      - Muni de poignées pour pouvoir lancer le radeau à l’eau;
  •      - Capable de flotter sur l’eau pendant au moins 30 minutes.

- Placement du radeau de sauvetage sur le bateau :

  • Le radeau doit être placé dans un endroit sec, sans obstacles à sa flottabilité.

  • Il ne doit pas être placé à l’intérieur de la coque du bateau.

  • Ne pas poser d’objets métalliques sur le corps du radeau.

  • N’utilisez jamais un radeau comme siège ou comme marche.

  • N’arrimez jamais le radeau à l’aide de chaînes ou d'outils difficiles à enlever.

  • Il demeure utile d’installer à bord du navire plusieurs radeaux, par exemple deux radeaux en mesure de soutenir quatre personnes au lieu d’un seul pour huit personnes. Afin d’augmenter la sureté des radeaux à bord, ils doivent être placés à une certaine distance les uns des autres.

  • Il est convenable d’utiliser un largage hydrostatique permettant de larguer et de gonfler automatiquement le radeau si le navire s’enfonce.

  • Les radeaux en sac doivent être placés de façons à éviter tout choc et à l’abri des agents atmosphériques.

  • Monter le radeau en position horizontale avec ses étiquettes vers le haut car la position verticale peut endommager le système de gonflage at aussi la partie pneumatique du radeau.


RENSEIGNEMENTS POUR LE TRANSPORT ET L’ARRIMAGE :

- Jonction de la ligne de déclenchement

La ligne de déclenchement se trouve sur un côté du radeau ; elle doit être toujours arrimée à un point solide du radeau. Il est préférable de ne pas utiliser des lignes pour la jonction puisque de l’eau pourrait envahir le contenant à cause de la capillarité.

Il demeure utile de réaliser la jonction à l’aide d’un mousqueton de métal inoxydable. À l’intérieur du radeau la ligne doit être longue suffisamment pour lancer le radeau à l’eau.

N’enlevez jamais la ligne de déclenchement du radeau de survie ; le radeau pourrait être envahi par beaucoup d’eau.


INSTRUCTIONS ET RENSEIGNEMENTS POUR L’UTILISATION DU RADEAU DE SAUVETAGE :

  1. Enfiler le gilet de sauvetage.

  2. Vérifier si le radeau est attaché au bateau dans un point fixe. Décrocher les sangles. S’il s’agit d’un radeau contenu dans un sac ne pas ouvrir le fermoir du sac.

  3. Lancer le radeau de survie par-dessus bord du côté sous le vent. Le sac flotte sur l’eau.

  4. Dérouler le cordage entièrement et tirer avec force ; si le cordage n’avait pas été mis en tension à cause d’une hauteur insuffisante, on peut également actionner le système de gonflage manuellement en récupérant le cordage restant.

  5. Si le radeau se gonfle renversé, redresser le radeau selon les instructions suivantes :

    1.      - Monter sur le fond externe et poser les pieds sur le bord où se trouve la bouteille;

    2.      - Empoigner le cordage de renversement;

    3.      - Déplacer le poids du corps en arrière en poussant les pieds en avant;

    4.      - Monter à l’intérieur du radeau après avoir enlevé ses chaussures et tout objet coupant;

      1.      - Pour se hisser à l’intérieur du radeau depuis la mer, utiliser les échelles d’embarquement. Prêter attention aux personnes qui se trouvent déjà dans le radeau. Récupérer, dans la mesure du possible, tout l’armement et l’équipement qui se trouvent à bord du bateau. Pour réaliser cette manœuvre, en cas de mer agitée, il est convenable d’approcher le radeau au flanc du bateau. Le sifflet provenant des soupapes de sûreté est normal et va cesser après quelques secondes;

      2.      - Une fois à l’intérieur du radeau, couper à l’aide du couteau  la corde de jonction. Le couteau est placé à l’intérieur du radeau à proximité des valves de gonflage;

      3.      - Aider les naufragés blessés ou contusionnés. En utilisant le lance amarre, porter secours aux personnes tombées à l’eau et les aider à remonter à bord. Pour hisser à bord des personnes évanouies il faut les appuyers au bord du boudin par le dos et ensuite les soulever par les aisselles. Dans la mesure du possible, il faut couvrir les naufragés de vêtement secs et chauds;

      4.      - Vérifier si l’ancre flottante est attachée au radeau de sauvetage, si elle fonctionne et si elle est déployée ; ensuite s’éloigner du bateau en danger en utilisant les pagaies. Si possible, s’attacher à d’autres radeaux;

      5.      - Lire avec attention les instructions contenues à l’intérieur du radeau. Fermer les entrées de la tente à l’aide du cordon;

     - Maintenir le canot de sauvetage en bonne condition, sec et surtout rechercher des fuites éventuelles de gaz et réparer selon les instructions notées.


INSTRUCTIONS ET RENSEIGNEMENTS POUR L’UTILISATION DU CANOT DE SAUVETAGE :

Après avoir effectué les manœuvres immédiates notées ci-dessous il vous faudra faire :

  1.      - Eau : utiliser écope et éponge pour éliminer l’eau au fond du radeau;
  2.      - Gonflage du radeau : vérifier si chaque compartiment est gonflé, si un boudin présente un dégonflage, remonter la pression à l’aide du gonfleur;
  3.      - Clapets de surpression : ils permettent d’évacuer le gaz excédentaire des réserves de flottabilité, dont la fuite se manifeste par un sifflement aigu. Les bouchons des clapets de surpression doivent se refermer après 10-15 minutes de gonflage. Si les clapets de surpression se trouvent à l’intérieur du radeau ou lorsque se manifeste une fuite de gaz de gonflage, le radeau doit être ventilé en ouvrant la tente;
  4.      - Armement : ouvrir le sac contenant l’équipement et faire un inventaire du contenu;
  5.      - Manuel de survie : lire avec attention et agir selon les renseignements données.
  6. CONSERVER SON CALME

CONDUITE À TENIR :

Prendre soin de sa personne en suivant les conseils médicaux présents dans le nécessaire pharmaceutique de première urgence et dans les instructions pour le premier soin inclues dans le manuel.

CONSERVER SON CALME : Le progrès dans les systèmes de radar et dans les moyens aériens et maritime de recherche ont bien augmenté la possibilité d’un repérage rapide.

En l’absence d’un officier du bateau, il faut ELIRE UN RESPONSABLE chargé de s’occuper du bon fonctionnement du radeau, de la distribution des rations alimentaires et des médicaments. L’expérience démontre que les problèmes les plus importants sont ceux d’ordre psychologique. Le responsable doit accroitre dans les naufragés la volonté de survivre. Des jeux et autres passe-temps peuvent aider à occuper l’esprit et ainsi éviter de dangereux désespoirs.

Le responsable doit organiser les manœuvres de routine et contrôler que les dispositions données soient respectées, comme par exemple le service de vigie et l’entretien du bateau.

L’équipement doit être sous contrôle, il est chargé de distribuer les rations alimentaires, les rations d’eau douce et les médicaments nécessaires.

Dans la mesure du possible, on doit éviter de se jeter à l’eau, en tout cas ne pas s’éloigner du radeau et rester attaché au radeau à travers un cordage.

- Fumer : 

Fumer peut représenter une aide psychologique mais cela provoque une augmentation de la soif et la fumée peut être mal tolérée par les autres occupants. Procéder avec soin pour éviter tout dommage au radeau.

- Rester unis :

Les naufragés doivent collaborer afin que chaque radeau de survie reste uni aux autres radeaux et former un groupe aussi nombreux que possible. Les naufragés peuvent non seulement s’aider et se conforter réciproquement mais ils vont aussi constituer une cible plus facile à repérer pour les secours.

Tous les cordages disponibles doivent servir à maintenir les radeaux de sauvetage entre eux.

La longueur du cordage d’union doit être réglée selon les conditions météo afin d’éviter la rupture. Il faut cependant être toujours prêt à couper les cordages à l’aide du couteau.

- Séchage du fond :

Il est préférable de garder le fond du canot de survie sec en permanence ; à l’aide d’une écope et des éponges placées dans le sac contenant l’équipement. Le sac est fabriqué en matériel isolant pour limiter le froid de l’eau de mer. Il est indispensable de régler les entrées de façon à obtenir une température permettant le séchage des vêtements.

- Utilisation de l’ancre flottante :

Lancer par-dessus bord l’ancre flottante et s’assurer qu’elle se déployé et s’ouvre correctement.

La fonction de l’ancre flottante est de maintenir le canot de sauvetage à 90° par rapport à la direction du vent ; de cette manière l’ancre va réduire la dérive du radeau et faciliter le repérage de la part des sauveteurs.

- Réglage des entrées :

Lorsqu’il s’avère nécessaire, et en fonction des conditions de temps et de la mer, fermer les entrées. Pour cette manœuvre, utiliser les cordons tendus à l’aide des patches placés sur le coin supérieur du boudin.

Pour rendre la fixation plus efficace, ancre l’élastique de la tente aux supports placés à l’extérieur du boudin.

- Réparation d’urgence :

Lorsque l’on repère des fuites d’air dans un compartiment du radeau d’un bateau, il faut vérifier l’étanchéité des valves de gonflage et des clapets de surpression. Si la fuite d’air est imputable à la valve, il suffit d’installer la pompe à main et de procéder au gonflage des boudins du radeau.

Une fois le gonflage terminé, visser bien le bouchon. Agir le plus vite possible et éviter d’importantes fuites d’air.

S’il s’agit d’une crevaison d’un boudin, procéder à une réparation soignée, en utilisant le contenu du kit de réparation selon les prescriptions suivantes :

  1.      - Nettoyer la zone déchirée de tout résidu d’hydrocarbures ou graisses et la sécher (le boudin et la rustine);
  2.      - Appliquer une couche mince de colle sur le boudin et sur la rustine;
  3.      - Laisser sécher, joindre les deux surfaces et appliquer autant de force que possible;
  4.      - Laisser sécher pendant plusieurs et gonfler le moins possible le boudin;
  5.      - Si l’un des boudins est complètement endommagé, le compartiment intact est en mesure de soutenir le nombre de personnes que le radeau est autorisé à recevoir.

- Placement à bord :

Après avoir fixé le sac contenant l’équipement dans un côté loin des accès, se placer assis sur le fond du radeau avec les épaules appuyées aux boudins, en se distribuant sur tout le périmètre pour stabiliser le radeau.

Enlever du sac contenant l’équipement des signaux de secours.

- Rationnement d’eau et d’aliments :

Le responsable du radeau de survie est chargé du rationnement des vivres et de l’eau qui se trouvent à bord du radeau. Le corps humain peut résister plusieurs jours sans manger mais on ne résiste que peu de jours sans boire.

Les aliments présents à bord ne sont à consommer que si l’on possède suffisamment d’eau, car l’alimentation des aliments augmente la consommation d’eau.

L’eau de pluie peut être récoltée à l’aide du dispositif placé dans la partie externe de la tente, utilisant un sachet adéquat. Le sachet doit être lié au-dessous du tuyau qui, en traversant la tente, se penche à l’intérieur du radeau.

Il est convenable de jeter la première quantité d’eau récolté, vu qu’elle peut être contaminée par le sel accumulé sur la tente. Il ne faut pas boire cette eau le premier jour, exception faite pour les enfants et les blessés.

Le poisson péché peut être consommé seulement en présence de rations d’eau suffisantes. La ration d’eau correspond à ½ litre ; cette ration peut varier selon la température extérieure et la taille du naufragé. En cas de baisses de températures, on peut consommer les rations d’urgence.

- Normes de première urgence :

Si un médecin ou autre personnel sanitaire qualifié n'est pas présent à bord, il faut s’abstenir de tout soin : on peut provoquer plus de préjudices que de bénéfices. Le repos et le sommeil sont souvent les plus efficaces des soins.

Gelure :

La victime peut ne pas s’apercevoir qu’elle souffre de gelure.

La gelure se caractérise par la couleur de la peau qui tourne au pale, elle affecte surtout les doigts, le nez et les oreilles. Il faut appliquer une pommade contre les brûlures. Éviter de masser la surface car les tissus pourraient se déchirer avant que le sang n’est repris sa circulation. Utiliser des vêtements secs pour ramener les régions touchées par les gelures à une température normale.

Pieds d’immersion :

Les pieds restés à l’eau longtemps peuvent provoquer une douleur déchirante. Écoper et éponger en permanence le fond du radeau pour prévenir cet inconvénient. Lorsque c’est possible, enlever les chaussures pour faciliter la circulation du sang.

Sudation :

Lorsque cela est possible, éviter les efforts physiques pour réduire au minimum la déshydratation. Aux climats chauds, il suffit d’une chemisette mouillée pour garder la fraicheur du corps, le vêtement doit être souvent mouillé d’eau de mer et rincé avant de l’enfiler.

Fonctions organiques :

Inutile de s’alarmer, la constipation est normale à cause de l’inactivité et de la rareté alimentaire.

Irritation aux yeux :

Si on ne dispose pas de lunette de soleil, préparer un masque en tissu avec deux petites fissures pour les yeux. Si l’on attrape une conjonctivite, laver fréquemment les yeux avec de l’eau douce.

Escarres :

Essayer de prévenir les escarres en utilisant des objets en tissu non synthétiques, comme un cousin, et garder le fond du radeau sec. En cas d’escarres ou vessies ouvertes suite à la permanence dans la position assise, sécher les escarres à l’air libre pour en faciliter la guérison.

- Utilisation des signaux de secours :

Fusées parachute :

Les fusées parachute ne sont à utiliser qu’en cas d’une forte probabilité de repérage de la part d’un bateau ou d’un avion qui se trouve dans les alentours.

Le déclenchement doit être effectué sous le vent du radeau, afin d’éviter les chutes accidentelles d’étincelles sur le radeau et ses occupants. Les fusées parachute sont visibles surtout la nuit à une grande distance.

Feux à main :

Allumer les feux à mains et se pencher au dehors de l’accès, du côté sous le vent.

Signaux fumigènes :

Pour l’utilisation des fumigènes il faut suivre les recommandations imprimées sur l’emballage. Ils sont flottants et une fois allumé, il faut les jeter à l’eau. Ils s’avèrent surtout utile pour le repérage aérien pendant le jour.

Héliographe :

Il faut suivre les recommandations imprimées sur le dos du miroir de signalisation. Il est visible à 20 milles de son point d’origine dans une journée calme et ensoleillée.

Il est convenable de scruter l’horizon pendant le jour même si le soleil est couvert et même si des bateaux et avions ne sont pas visibles.

Torche électrique :

La torche électrique doit être utilisée uniquement pour les signalisations nocturnes ou pour éclairer l’intérieur du radeau de survie. L’équipement comprend une ampoule de rechange et un jeu de piles de rechange.

Sifflet :

Le sifflet sert à lancer des signaux sonores aux secouristes, même dans une situation d’obscurité ou brouillard. Il s’avère utile pour faciliter les recherches et les repérages des naufragés. Le sifflet est attaché aussi à la brassière de sauvetage.

Radiolocalisateur :

La notice d’utilisation est imprimée sur le produit.

Feu flottant à retournement :

Les feux flottants à retournement sont alimentés par une pile activée à l’eau de mer ou par une batterie placée à l’extérieur de la tente du radeau. Les lampes sont munies d’un bouton pour les éteindre. Si possible éteindre les feux pendant le jour pour augmenter l’autonomie. Garder les lampes prêtes à un usage immédiat.

- Protection de la chaleur et du froid :

     - Pour se protéger du froid suivre les précautions suivantes :

  1. Après avoir bien aéré l’intérieur du radeau de survie pour éviter la stagnation des résidus du gaz de gonflage, fermer la tente de façon hermétique. Il faut laisser toutefois un passage pour l’aération.
  2. Utiliser des couvertures thermiques, en donnant la priorité aux blessés

     - Pour se protéger de la chaleur suivre les précautions suivantes :

  1. Ouvrir au maximum les ouvertures de la tente
  2. Orienter la tente en utilisant l’ancre flottante pour faire pénétrer le vent à l’intérieur
  3. Eviter les efforts pour réduire la sudation
  4. La température interne du radeau peut s’abaisser en mouillant la tente extérieure ou en plaçant des vêtements mouillés pour la rafraichir.
  5. Se couvrir de vêtements mouillés pour se rafraichir

Variation de température : Des variations importantes de la température extérieure influencent la pression interne des boudins constituants le corps du radeau. Pour ramener la pression à la normalité, utiliser le gonfleur.

Le plus Orangemarine

Même à moins de 6 miles nautiques d’un abri, nous vous recommandons d’être équipé d’un radeau.