> Guides et conseils>Sécurité> La checklist du départ en mer

La checklist du départ en mer

Que vérifier avant de prendre la mer ?

Le départ en mer est le moment très attendu pour nous marins. Mais pour lever l’ancre lors d’une croisière, une régate ou bien pour la journée demande certaines vérifications avant de quitter la terre. Lors de chaque départ, il faut bien vérifier de nombreux points afin d’assurer une bonne navigation en mer, quelle que soit la zone de navigation, côtière, hauturière ou semi-hauturière.

Les différentes tâches à effectuer sont l’état de votre bateau et la sécurité de votre équipage, votre zone de navigation, les conditions météorologiques, la disponibilité dans les ports ou bien des zones de mouillage proche des côtes.

LA SÉCURITÉ ET LA COMMUNICATION

LA SÉCURITÉ

La sécurité de l’équipage passe par l’équipement de sécurité individuel, comprenant un gilet de sauvetage adapté à chaque personne au niveau de la taille et du confort et les newtons afin d’avoir un gilet approprié à sa zone de navigation. Vérifiez les harnais et les longes de vie. En voilier, il est obligatoire d’avoir un gilet, un harnais et une longe par personne en navigation hauturière ! En bateau à moteur, un gilet, un harnais et une longe sera suffisant par bateau même en navigation hauturière.

Possédez aussi une balise de détresse pour l’homme et une pour le bateau, fortement conseillée de manière à prévenir sa position en cas d’avarie majeure.

Pensez à répéter la manœuvre de sécurité de l’homme à la mer. Technique « Quick Stop » pour voilier et « Manœuvre de Boutakoff » pour bateau à moteur :

  • Annoncez fortement et clairement « Un homme à la mer ! »
  • Lancez la bouée de fer à cheval et le feu à retournement
  • Désignez une personne qui devra regarder constamment l’homme à la mer
  • Désignez une personne pour appuyer sur la touche MOB de son GPS. Elle enregistrera la position de l’homme à la mer.
  • Désignez une personne devant signaler un appel de détresse sur le canal 16.

L'homme à la mer pour les voiliers

  • Remontez au vent au moteur
  • Une fois à 3 longueurs de bateau au vent de l’homme, virer tout en gardant la voile d’avant à contre (comme se mettre à la cap)
  • Abattre au travers jusqu’à 3 longueurs de bateau
  • Abattre vent arrière et régler l’allure
  • S’arrêter sous le vent de l’homme à la mer et lancer un bout de récupération
  • Passez le moteur au ralenti pour éviter d’avoir des problèmes avec l’hélice
  • Hissez l’homme à bord

L'homme à la mer pour les bateaux à moteur

  • Tournez le volant du côté ou l’homme est tombé pour écarter rapidement l’arrière du bateau et l’hélice
  • Commencez à faire un rectangle en vous éloignant de l’homme à la mer
  • Repérez l’angle d’approche pour le protéger du vent
  • Revenez en ligne droite, moteur au ralenti
  • Mettez le point mort à mi-distance
  • Faites un arrêt complet à côté de lui
  • Hissez l’homme à bord par l’échelle de bain, moteur au point mort !

Il vous faudra aussi vérifier l’état de la trousse de secours et sa date de péremption avec un ensemble de médicaments et soins, du pansement au cachet contre le mal de mer.

A partir de la navigation semi-hauturière, il vous faudra un radeau survie obligatoire par bateau. Concernant la navigation à plus de 60 milles d’un abri, un ou plusieurs radeaux seront obligatoires de Type 1 avec la norme ISO 9650-1 conçus pour les longs voyages avec forts vents et fortes mers.

Le radeau de survie doit être vérifié dans sa globalité. En navigation côtière, un radeau de type 2 avec la norme ISO 9650-2 sera fortement recommandé ! À côté de votre radeau, un sac de survie doit être préparé. Il devra comprendre, une trousse de secours, de l’eau, de la nourriture, des moyens de communication et de repérages lumineux.

L’équipement de sécurité doit être à poste et en très bon état. La bouée de sauvetage fer à cheval doit être à l’arrière, avec son feu de retournement en état de marche. Les feux de détresse doivent être à portée de main et ne pas avoir expiré. L’extincteur, quant à lui doit être à poste près de la table à cartes ou dans la descente afin de s’en servir en cas d’urgence.

Petite astuce : Mettez l’ensemble de votre sécurité dans un seul equipet, cela vous permettra de ne pas chercher l’ensemble des équipements.

LA COMMUNICATION

Vérifiez aussi le bon fonctionnement de votre équipement de communication. A commencer par-là VHF, qui doit émettre et recevoir. Avant le départ, faites un test radio directement sur le canal 16. Une équipe terrestre devra vous répondre. Si votre VHF est portable, prenez des piles de rechange, au cas où vous tombez en panne. Chargez bien vos batteries de téléphone !

Montrez à votre équipage comment se servir de la VHF, notamment les veilles et comment communiquer. Cela permettra de ne pas laisser le capitaine tout effectuer.

L'ÉQUIPEMENT DE PONT

L'EXTÉRIEUR

Concernant le bateau, au niveau du pont, vérifiez aussi vos feux de navigation. En navigation de nuit, le feu avant bâbord doit éclairer rouge et le feu avant tribordvert. Le feu de la poupe quant à lui doit être blanche. Pour les voiliers, votre feu de mat tout horizon doit éclairer de lumière blanche en continu. Lors de votre mouillage, vous devrez utiliser uniquement le feu de position de lumière blanche. Prévoyez aussi une lampe de poche par personne avec des piles de rechange cela permettra de mieux s’éclairer la nuit.

Par la suite, vérifiez votre ligne de mouillage ainsi que son ancre. Vérifiez que l’ancre est attachée à son câblot et sur l’anneau d’étalingure.

À l'extérieur, facilitez l’ergonomie du pont, enlevez votre taud de soleil, les papiers susceptibles de s’envoler pour ne pas polluer ou bien les objets pouvant vous encombrer. Fermez les filières et fermez surtout les hublots. Passer à la trappe le jour du départ pourrait compromettre votre navigation et vous offrir un voyage aux urgences.

À bord de votre voilier, préparez bien les différentes écoutes et drisses, rangées dans l’ordre, bien alignées. Vérifiez votre mât, que chaque drisse soit bien placée et ne soit pas emmêlées entre elles.

Petite astuce : Rangez les bouts d’amarrage dans un seul coffre proche de celui des pare-battages en vue de faciliter la sortie à l’approche du mouillage ou de l’arrivée. Faites un check-up des amarres dans le but de s’assurer de ne pas avoir d’usure ou de craquements.

L'INTÉRIEUR

A l’intérieur, ouvrez la cale moteur pour vérifier qu’il n’y est pas d’eau ou de carburant stocké.

Contrôlez aussi le niveau de carburant, ainsi que le bidon de rechangel'huile moteur et le liquide de refroidissement. Faites le plein de carburant.

Vérifiez bien que chaque cale soit sèche et le bon fonctionnement de vos pompes. Si votre cale est sale, nettoyez-la de tous les déchets afin de ne pas en reflouer par-dessus bord.

Vérifiez vos équipements de navigation, balise et GPS marin, le bon fonctionnement de l’AIS, les compas de navigation. Enlevez le cache des speedos et assurez-vous que les données varient. Si ça n’est pas le cas, une algue peut être placée sur la sonde de votre bateau !  Rangez bien votre câble de quai dans son coffre. Si vous êtes en voilier, débranchez votre réfrigérateur et les équipements à forte consommation pour ne pas décharger la batterie. Ne branchez que le minimum, les instruments de navigation, l’allume-cigare et la VHF fixe.

Rangez proprement et facilement les couchettes.

Pour le départ, préparez la navigation ainsi que les postes de chaque personne pour les différentes manœuvres, chaque équipier saura quoi faire et à quel moment. Vérifiez bien la marée, la sortie de port et la carte pendant les 5 premiers milles. Partez lorsque la météo est clémente.

Vérifiez régulièrement la météo, le routeur et les zones de mouillage. Pensez bien aux règles de priorité bien que la mer soit à perte de vue.