> >Sécurité> L'homme à la mer

L'homme à la mer

 MOB : MAN OVER BOARD

L’essentiel de la recherche et du secours d’un individu tombé à l’eau se fera dans les premières minutes. De jour comme de nuit, le repérage visuel et le repêchage d’un homme à la mer doivent se faire rapidement, chaque minute compte.

Dans toutes les catégories de navigation, un système permettant la remontée à bord d’une personne seule tombée à l’eau est obligatoire ainsi que des moyens de repérage lumineux.

Comment récupérer un homme tombé à l'eau avec une ligne de jet

L'ESSENTIEL :

Tout navire est conçu de manière à minimiser les risques de chute par-dessus bord et à faciliter la remontée à bord, en fonction de sa catégorie de conception. Cependant il faut se préparer au pire et notamment au passage d’un équipier par-dessus bord. Quelques conseils pour partir l’esprit tranquille et en règle. Outre les éléments obligatoires de la réglementation, les dispositifs conseillés pour un sauvetage d’homme à la mer comprennent : L’équipement individuel de flottabilité c’est-à-dire un gilet de sauvetage, un engin flottant, un moyen de repérage individuel lumineux, un moyen de remonter à bord une personne tombée à l’eau (échelle ou ceinture de remontée), un miroir de signalisation, une bouée et une perche ior (permettant un marquage physique sur l’eau du point de chute), un réflecteur et un détecteur de radar, une alarme d’homme à la mer.

Savoir récupérer un homme à la mer

Le premier réflexe que vous avez appris au cours de votre permis bateau est de repérer visuellement le lieu de chute du passager tombé à l’eau, garder un oeil sur ce point, marquer un repère matériellement ou grâce à votre système de navigation et lui lancer un dispositif flottant.

Le matériel indispensable à bord est le suivant : bouée fer à cheval, feu à retournement flottant, ligne de jet. 

LES ALARMES D'HOMME A LA MER :

Ces systèmes donnent une alerte sonore lorsque le contact est perdu avec l’unité centrale. Ils peuvent signaler la position du bateau au moment de la perte du signal avec le détenteur de l’alarme, ou donner la position de l’homme à la mer et dans ce cas il s’agit d’une balise individuelle. Certaines peuvent être équipées d’un GPS et reliées au système de navigation électronique du bateau traçant la dérive de l’homme à la mer. 

Plusieurs systèmes d’alarmes existent donc :

Sangle brassard portée par les équipiers, station de base à bord donnant une alerte sonore en cas de perte du signal avec le brassard

  • Alarme et arrêt moteur :

Récepteur porté par le barreur, s’il tombe à l’eau, le signal est interrompu avec le récepteur du bateau pendant quelques secondes et le moteur est coupé.

  • Balises de suivi AIS et AIN :

Balises individuelles dotées d’un récepteur GPS intégré transmettant la position de l’homme à la mer aux bateaux alentours équipés d’un récepteur AIS ou AIN. 

Après avoir repéré l’homme à la mer, vous devez le tracter et le remonter à bord :

  • Lignes de jet, ligne de sécurité, échelle et ceintures de remontée :

A envoyer à l’homme à la mer pour permettre sa remontée à bord. Certains modèles sont lestés. Les lignes de jet ont beaucoup évoluées ,nous vous conseillons d’acquérir une ligne pourvue d’un harnais flottant. Ne pas hésiter à faire le choix d’une échelle semi rigide, l’homme à la mer s’épuise rapidement et la dernière étape peut être périlleuse en cas de mer formée,une bonne assise lui permettra de mieux utiliser le haut du corps.

LA REGLEMENTATION :

Le sauvetage de toute personne en danger est obligatoire et gratuit.

Est obligatoire pour les navigations côtières et hauturières, la bouée de sauvetage avec feu à retournement :

  • Bouée fer à cheval équipée d’un feu à retournement. Toujours accessible sur le balcon.
  • Bouée Solas : avec bandes réfléchissantes.
  • Engin flottant : depuis 2008, la réglementation n’impose plus au navigateur la bouée couronne, les engins flottants sont donc autorisés mais avec feu à retournement intégrés.Les bouées sont des engins flottants résistants à une heure d’immersion sous un mètre d’eau, de forme et de couleur repérables dans l’eau, larguable d’urgence, sans source d’énergie externe et faciles à saisir dans l’eau.

Depuis le 15 avril 2008, la division 240 est applicable à tous les navires de plaisance à usage personnel ou de formation, de longueur de coque inférieure à 24 mètres.Vous devez posséder à bord un matériel de sécurité adapté à la navigation pratiquée :

 

 

Basique

< 2 milles*

Côtier

Entre 2 et 6 milles

Hauturier

>6 milles*

Equipement individuel de flottabilité par personne embarquée (ou combinaison portée) 1

50 N

100 N

150 N

Moyen de repérage lumineux

X

X

X

Moyen de remonter à bord une personne tombée à l’eau

X

X

X

Dispositif de repérage et d’assistance d’une personne tombée à l’eau sauf embarcations de capacités < 5 adultes et tous pneumatiques

 

X

X

Radeau(x) de survie ou annexe(s) de sauvetage

 

 

X

Trousse de secours

 

 

X

* abri « Tout lieu ou le navire peut soit accoster soit mouiller en sécurité ».

EQUIPEMENT COMPLEMENTAIRES :

  • Les vêtements : Ne pas oublier qu’en mer, les vêtements de couleurs vives qui ne se rencontrent pas dans la nature, comme par exemple la couleur orange, augmentent vos chances d’être repéré.

Pour les pratiquants de loisirs nautiques, les aides à la flottabilité et les combinaisons de couleurs vives assurent une visibilité accrue.

À bord des navires, les vêtements avec des bandes réfléchissantes et des capuches de couleur fluorescente sont les plus adaptés à la navigation de plaisance. 

  • Les balises de détresse : Les balises de détresse et les moyens de communication personnels sont maintenant suffisamment miniaturisés pour que l’on puisse les garder sur soi, sous un emballage étanche. La balise présente l’avantage d’être repérable à grande distance et automatiquement, de fonctionner de nombreuses heures et de permettre d’effectuer des recherches en s’affranchissant de toutes les contraintes de la détection visuelle. Une fois la balise déclenchée, la personne en difficulté n’a plus aucune manipulation à effectuer.

Chaque année, entraînez-vous à refaire la manoeuvre de secours d’homme à la mer telle que vous l’avez apprise à l’occasion du passage de votre permis.

Informez l’équipage sur les emplacements et fonctionnement des dispositifs d’homme à la mer.